France : 4 jours en région Occitanie

Après cette période de crise sanitaire et donc de stress pour les personnes un peu hypocondriaques comme moi, on avait bien besoin de souffler. Nous devions partir à New York en Mai mais évidemment, ce voyage a été annulé et j’ai donc continué à bosser. Ces derniers mois ont donc été intenses émotionnellement. Nos repères étaient bousculés, nos plans aussi…il fallait lâcher prise!

On s’est dit que les quatre jours que j’avais de libres seraient l’occasion de partir s’évader un peu. On a longuement hésité sur la destination et finalement on s’est décidés pour la région Occitanie la veille de notre départ. Aucune réservation anticipée, notre seule préparation aura été la route à prendre. De chez nous, Tours, l’autoroute A10 coûte un bras pour aller dans le Sud. Pour le même temps de trajet et en prenant l’A20 proche de Châteauroux, nous avons payé 50€ de péages aller-retour au lieu des 120€. Une économie non négligeable. Bref, en résumé, n’hésitez pas à regarder les alternatives qui existent.

La charmante Montauban

On est arrivés dans cette ville qu’on ne connaissait pas du tout et instantanément, on s’est dit que ça allait nous plaire. Ici, c’est serein. Les bâtisses en brique rose-orangé et le charmant accent des habitants nous rappellent qu’on est dans le sud de la France! Montauban n’est pas très grande et se visite facilement. Nous y sommes restés une journée et on n’a pas eu cette impression de survol. On a pris notre temps. Evidemment, je suis certaine qu’une journée de plus aurait été parfaite pour visiter les environs qui doivent être tout aussi jolis.

Je ne peux pas vraiment vous dire que faire, où aller. Le mieux est encore de vous garer près des berges, de monter et de déambuler dans les rues, plus mignonnes les unes que les autres. Nous nous sommes garés sur un parking gratuit près du jardin des plantes et du Tescou, au pied du grand escalier qui mène au centre-ville. Sachez qu’il y a aussi la possibilité de prendre l’ascenseur si vous ne pouvez pas monter les marches!

On vous conseille de flâner dans le centre-ville, jusqu’à la place nationale. Il y a un grand nombre de bars et de restos mais attention si vous y allez pour le week-end, pensez à réserver à l’avance, surtout en cette période de COVID où les places sont un peu limitées. Comme on a tout fait au dernier moment, on a un peu galéré à trouver un resto où manger à 21h…on a trouvé place dans un resto indien (pas très local je vous l’accorde) mais très copieux et bon! Le Délice Indien – 1 rue Princesse.

Quant à l’hébergement, on est allés en périphérie (mais qui n’est qu’à 4 km du centre-ville donc rapide si vous avez une voiture). Un simple B&B mais propre, très calme et confortable. Prix payé : 50€ + 6.75€/pers de petit déjeuner qui n’est franchement pas ouf!

Petits tips hébergement : si vous réservez le jour même, regardez les hôtels disponibles sur le site Booking ou autre comparateur, faites votre sélection mais avant de réserver, regardez sur le site de l’hôtel directement. C’est souvent moins cher et ça évite à l’hôtelier de verser un pourcentage. Booking est intéressant pour leur formule d’annulation gratuite mais inutile pour nous cette fois-ci.

L’épique Carcassonne

C’est LA ville pour les amoureux d’histoire et de châteaux comme Clément mais pas que! Je ne suis pas une fan inconditionnelle des châteaux et l’histoire n’était clairement pas ma matière préférée à l’école et pourtant, j’ai adoré la cité médiévale de Carcassonne. Il faut dire que le site, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en jette! Les premières pierres ont été posées en 122 avant Jésus-Christ par les Romains. La cité aura été occupée ensuite par les Wisigoths, les Sarrasins mais aussi les Francs, au fil des siècles. Construit au XIIe siècle par les Vicomtes de Carcassonne : les Trencavel, le château Comtal a été restauré par Eugène Viollet-le-Duc en 1853 alors que le site était en ruines et a bien failli disparaître. On doit aussi sa sauvegarde à Jean-Pierre Cros-Mayrevieille qui fit annuler un décret de déclassement qui autorisait la destruction des enceintes de la cité.

Bien que la restauration fût parfois controversée, la cité médiévale de Carcassonne est aujourd’hui la plus grande et la mieux conservée d’Europe.

Pour accéder à la cité vous avez plusieurs possibilités.

  • Du centre-ville de Carcassonne : A environ 20 minutes à pied, en passant par le pont-vieux. Cela vous donnera un joli point de vue sur la cité. Vous passerez dans des petites rues et devrez grimper un peu avant de vous retrouver au pied de la cité. Depuis la gare, comptez 30 minutes.
  • En voiture depuis l’autoroute : Sortie n°24 : suivre « Carcassonne centre» puis les panneaux pour « La Cité ».
    Il y a des parkings visiteurs payants jusqu’à 20h, qui se situent autour de la citadelle.

Il faut savoir que l’entrée dans la cité est gratuite et peut se faire par deux portes (murailles défensives) : Narbonnaise et d’Aude. La plus jolie est la porte d’Aude selon nous. En y passant, vous pourrez directement déambuler dans les lices du château qui sont plus belles et variées que du côté de la porte Narbonnaise. Cette dernière vous permettra en revanche d’accéder plus directement aux petites boutiques, au point de rendez-vous des visites en calèche, au point d’info et au grand parking visiteurs.

On vous encourage à flâner dans les lices pour avoir un autre regard sur le château et sur la ville de Carcassonne en contre-bas…

A vous perdre dans les ruelles, vous imprégner des lieux. Il y a également une petite église au sein de la cité.

Enfin, vous avez la possibilité de visiter le château et ses remparts. Cette partie est payante. Il faut la réserver soit sur le site internet soit à l’office du tourisme au cœur de la cité, pour un créneau horaire défini. Plusieurs parcours existent, avec ou sans guide. Le parcours B n’a ouvert que le 13 juillet et ne comprend pas la visite du château. Bien que nous aurions pu la faire, nous avons néanmoins choisi le parcours A pour avoir accès au fameux château Comtal. A savoir que pendant cette période particulière de COVID, les audioguides et le film ne sont pas disponibles. Prix payé : 9.50€ par personne.

Pour être tout à fait honnête, on n’a pas été subjugués par la partie château, peut-être parce qu’on vit au cœur des châteaux de la Loire. On s’attendait à plus de choses. La partie rempart est sympa mais on ne peut pas comparer avec l’autre parcours qui ne comprend que cela.

Enfin vous n’aurez aucun problème pour vous restaurer et prendre un verre dans l’enceinte de la cité. Vous avez la possibilité aussi d’y dormir puisqu’il y a plusieurs hôtels, dont une auberge de jeunesse. En ce qui nous concerne, nous avons déjeuné avant notre entrée dans la cité, dans le centre-ville de Carcassonne. Le dimanche midi, tous les restaurants ne sont pas ouverts attention et on a finalement eu peu de choix. On s’est posés à la Brasserie à 4 temps, concept imaginé par Franck Putelat et Thomas Brieu. C’était copieux et bon. Pour le dîner, n’ayant pas trop faim, on a fait un tour à la « Régalade à la cité ». Il s’agit d’un lieu extérieur aménagé avec plusieurs petites échoppes proposant à manger et à boire. Des tables et sièges sont à dispo et vous pourrez vous régaler en écoutant de la musique. C’est sympa, ça permet de goûter à plusieurs types de cuisine si on en a envie. Ouvert seulement en Juillet et Août.

On a terminé cette belle journée à la chambre d’hôtes la cour carrée. Clairement, un superbe lieu. La bâtisse, une maison de maître de 1810 est belle, décorée avec goût. Régis vous accueille chaleureusement, vous donne des conseils et est aux petits soins. Les chambres sont spacieuses, on est au calme et le petit déjeuner est très bon. Bref, on a adoré notre séjour ici, il n’y a rien de plus à dire, on vous conseille cet hébergement. Prix payé : 87€ petit déjeuner inclus.

Un détour par la grotte de Limousis

C’était une première pour nous. On avait un peu peur d’être claustro mais pas du tout. Cette grotte est bien aménagée, on ne se sent pas oppressé et on en prend plein les yeux. Durant la visite d’une heure vous parcourrez 7 « salles » au rythme des explications du guide. On apprend plein de choses tout en admirant ces joyaux de la nature. Le point positif c’est que notre groupe était relativement petit (15 aine de personnes environ) alors que le groupe suivant en dénombrait plutôt une quarantaine! Nous y sommes allés pour un départ à 14h20 et nous avons réservé directement sur place. Notre guide était sympa, avait de l’humour, ce qui n’a pas rendu la visite plombante et ça, c’est appréciable!

Le point négatif maintenant…pour les photographes! Il est dit au début de la visite qu’on a le temps à l’issue des 7 salles de prendre des photos puisqu’on prend le même chemin qu’à l’aller sauf qu’en fait, on n’a pas vraiment le temps. C’est assez chronométré puisque d’autres groupes font la visite ensuite, ce que je comprends, mais du coup, n’attendez pas le retour pour prendre quelques clichés, au risque de ne pas photographier tout ce que vous voulez!

La visite se termine par une petite dégustation de vin qui est mis en fût dans la grotte. Prix payé pour la visite : 10.90€ par personne. Site : www.grotte-de-limousis.fr/

Ce qu’il y a de bien sur les routes du sud, c’est que vous allez rencontrer plusieurs petits villages sur votre chemin. N’hésitez pas à vous arrêter et visiter.

La douce Albi

Encore une bien jolie découverte cette ville rose! Nous y sommes arrivés en début de soirée donc nous avons choisi de rester à l’hôtel tout en profitant de sa terrasse panoramique pour pouvoir mieux arpenter la ville le lendemain. On a assisté à un coucher de soleil superbe sur la cathédrale Sainte-Cécile laissant entrevoir tout ce que la ville d’Albi avait à nous offrir le lendemain.

Nous avons réservé à l’Ibis Styles le Théatro. Personnel très sympa, chambre confortable, bien isolée pour l’intérieur mais on entend quand même pas mal les voitures pour les chambres qui donnent sur la rue. Mais c’est surtout la vue qui nous a séduits!

Quant à la terrasse sur le toit, vous pourrez y boire un verre et y manger. C’est bien conçu et la vue est ouf! Plusieurs choix à la carte, c’est bon mais pas non plus à en tomber par terre! J’ai en revanche découvert un très bon vin blanc doux, d’un producteur du coin. D’après ce que m’a expliqué une employée de l’hôtel, l’hôtel passe directement par le producteur et on a ensuite la possibilité d’acheter des bouteilles à l’hôtel, au même prix que chez le producteur! Malheureusement pour moi, il ne restait qu’une bouteille (que j’ai bien évidemment achetée) de ce délicieux breuvage (pour info : Domaine Al Couderc GAILLAC). En tout cas, je trouve ça sympa comme concept quand on n’a pas la possibilité de se rendre directement à l’exploitation.

Visite de la Cathédrale Sainte-Cécile : Située au coeur de la cité épiscopale d’Albi, inscrite au Patrimoine Mondial par l’UNESCO. C’est une des plus belles que j’ai pu voir et pour le constater, il faut y entrer. Son style gothique dit méridional est bien différent de ce que l’on peut voir ailleurs. Avec ses 113 m de long et 35m de large et un clocher de 78m de haut, le moins que l’on puisse dire est qu’elle en impose. Mais finalement, le plus impressionnant reste les 18 500 m² de fresques et décorations peintes à l’intérieur, ce qui en fait la plus grande cathédrale peinte en Europe. Pour info : la nef est en accès libre. L’entrée au chœur est de 5€, 6€ si vous le combinez avec le Trésor.

Le musée Toulouse-Lautrec : Que nous n’avons pas fait mais qui vaut apparemment le coup. Il y expose la plus grande collection publique au monde des œuvres du célèbre artiste du même nom, natif d’Albi. Ne soyez pas surpris de tomber sur certaines de ses citations au détour d’une rue, ici et là.

La collégiale et le cloître Saint-Salvi : Le cloître est un petit cocon frais, paisible, à l’abri de l’agitation des ruelles avoisinantes. Il n’est pas grand mais on y sent tout de suite la sérénité. La collégiale étant fermée jusqu’à nouvel ordre, nous n’avons pas pu la visiter.

La vieille ville autour de la cathédrale : Il faut y déambuler, s’y perdre. Les ruelles ont un charme fou. Continuez ensuite, par le pont vieux, vers le quartier du bout du pont aujourd’hui appelé quartier de la madeleine. De l’autre côté de la rive du Tarn vous aurez une toute autre vue sur la belle cité épiscopale.

Un déjeuner au restaurant l’Esprit du moulin (bon service, le personnel est sympa, c’est bon et le prix est plus que raisonnable) et nous voilà déjà contraints de reprendre la route vers notre Touraine.

On serait bien restés plus longtemps à découvrir cette région qui a su, en seulement quatre petits jours, nous faire tomber sous son charme! Une chose est sûre, on y reviendra et on ne peut que vous conseiller d’y aller.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s